vendeeLes 4 et 5 juillet, un groupe d’éleveurs laitiers des Défis Ruraux est parti en voyage d’études en Vendée. L’occasion de découvrir les techniques mises en place par d’autres éleveurs pour favoriser l’autonomie alimentaire du troupeau.Même si le contexte pédoclimatique diffère légèrement (contexte vendéen plus « séchant »), les solutions – à réadapter à notre région normande – étaient particulièrement inspirantes !

herbeDepuis plusieurs années, les Défis Ruraux accompagnent les éleveurs/ses qui souhaitent avancer sur la gestion du pâturage : c’est le fameux « Suivi Herbe ».
A mi-année, des résultats probants sont déjà visibles sur les fermes, et dès la première année de suivi ! Par exemple, du côté de Goderville, l’avancement de la date de mise à l’herbe au printemps aura permis une transition alimentaire plus douce pour les animaux et une pousse plus régulière sur la saison de pâtu-rage. Dans le même secteur, un autre éleveur a même observé une baisse de 30€/1000 litres sur son coût alimentaire en mai par rapport à l’année précédente sur la même période ! Le tout grâce à des économies importantes d’ensilage de maïs et de soja, en organisant mieux le pâturage. Pour d’autres, con-naître un peu mieux les valeurs alimentaire de l’herbe a permis aussi de réduire la distribution de tour-teau de soja ou de colza sur certaines périodes.
Près d’Héricourt-en-Caux, un éleveur est satisfait par la quantité d’herbe présente dans ses parcelles et le retour important du trèfle, alors qu’il a diminué de façon importante la fertilisation azoté. Et puis, il arrive parfois qu’une prairie soit en difficulté : envahie d’espèces peu productives ou indésirables (rumex, ortie…). Avant de la retourner, un diagnostic prairial peut aider à comprendre son dysfonctionnement, et inviter à modifier les pratiques de gestion (fauche, baisse de la fertilisation…). Un des éleveurs accompagnés a donc pu éviter ainsi de devoir la labourer puis la ressemer.
Alors oui, la bonne valorisation de l’herbe demande des connaissances et des savoir-faire (qu’il est tou-jours possible d’acquérir assez rapidement), mais les résultats sont là !

Contact : Céline Déprés

maraicherDepuis plusieurs années, l'Observatoire régional de l'installation/transmission indique une baisse du nombre d’installations sur l'ensemble de la Normandie. Parallèlement, les projets d'installation portés par des personnes d'origine non agricole progressent : en 2015, les Points Accueil Installation normands ont accueilli 52 % de non issus du milieu agricole.
Aux Défis Ruraux, nous avons également constaté cette demande croissante en accompagnement à l'installation de nouveaux profils de porteurs de projet s'installant hors cadre familial. Ceux-ci sont fortement demandeurs de solutions pour se former sur le terrain et se « faire la main ».
Afin de répondre à cette demande, en partenariat avec l’Association Bio Normandie et Terre de Liens Normandie, nous allons mettre en place un dispositif d’espace-test agricole qui permettra à toute personne ayant un projet agricole – dans l’Eure ou en Seine-Maritime -  d’expérimenter son projet en grandeur réelle avant de se lancer.
Ce dispositif innovant visera avant tout à fournir un cadre légal permettant l’autonomie du futur agriculteur dans sa période de test et la mise à disposition de moyens de production (foncier, matériel, bâtiments...). Ces moyens pourront être propriété du porteur de projet, d’une collectivité, d’un agriculteur, d’une association, d’un établissement d’enseignement agricole…
Ce contexte privilégié offrira également un dispositif d’accompagnement et de suivi adapté aux besoins de la personne : définition du projet, appui technique sur la production, accompagnement à la comptabilité et à la gestion, appui à la commercialisation, recherche de foncier… Il s’appuiera sur les partenaires de l’espace-test ainsi que sur des agriculteurs référents (tutorat).
Le travail de mise en place de ce projet débutera fin 2017 pour un test de fonctionnement attendu fin 2018. A suivre !

Contact : Lison Demunck

Affiche porteurs de projetEntre lien et partage : la démarche STEP

Pour la communauté d’agglomération Caux Seine Agglo, un porteur de projet de création d’activités bien accompagné représente un potentiel de dynamisme précieux pour le territoire. C’est dans cette optique que l’association les Défis Ruraux, avec le soutien de la communauté d’agglomération Caux Seine Agglo et de toutes les structures de la création d’activités, a mis en place un dispositif sur-mesure d’accompagnement. Son nom : STEP ou Stimuler les Territoires par l’Emploi et les Projets.
Ce projet d’envergure permettra, à terme, de mieux guider les créateurs d’activité dans leurs démarches, de leur trouver les bons interlocuteurs, de faciliter leur réflexion, leur ancrage, de trouver des locaux… Il vise à créer davantage de relation entre les élus et les porteurs de projets, entre les structures d’accompagnement et les porteurs de projets et entre les porteurs de projets eux-mêmes.
Pour ce faire, les Défis Ruraux ont lancé une campagne de recensement de toutes les initiatives locales de création d’activités.
A ce jour, 22 structures d’accompagnement à la création d’activités et la moitié des communes de la CVS ont été rencontrées de façon individuelle afin de leur présenter la démarche.
Deux comités de pilotage de cette démarche ont d’ores et déjà eu lieu. Nos premières remontées d’information nous ont permis d’identifier 26 projets sur le territoire. Nos rencontres avec les élus de l’agglomération révèlent également des besoins spécifiques sur certaines zones (commerce de proximité, services à la personne, médical, …)
26 locaux et/ou terrains disponibles ont été identifié sur le territoire. Certain prêts à être loués pour du commerce de proximité, d’autres nécessitant des travaux d’aménagement. L’accès se fait tantôt en location, tantôt en vente…
Enfin, quelques projets de transmission de commerce ou d’exploitation agricole ont été identifiés et n’attendent plus qu’un repreneur.
Cette démarche se clôturera par une soirée de l’initiative actuellement prévue le 8 février 2018. Cette soirée permettra à chaque porteur de projet d’avancer plus vite dans ses démarches et d’améliorer son projet par la mise en relation avec l’ensemble des acteurs du tissu économique local : contacts, idées, collaborations, opportunités foncières…

Contact : Lison Demunck