sante animaleSuite à plusieurs formations en aromathérapie, un groupe de sept éleveuses et éleveurs a souhaité continuer à approfondir la thématique de la santé animale. Différentes réflexions sont apparues, car bien que l’on soigne avec des molécules plus naturelles que celles synthétisées en laboratoire, il ne s’agit pas de remplacer un produit par un autre. Comment intégrer plus de prévention en élevage ? Comment croiser différentes approches (notamment préventives) de la santé animale ?
Grâce à un financement par le programme européen FEADER, le groupe s’est enrichi, en 2017, de 5 spécialistes : un vétérinaire, une nutritionniste, une ostéopathe, une sociologue, et un aromathérapeute, Au cours de chacune des rencontres, éleveurs et « intervenants » étaient tous présents, pour découvrir les approches ou méthodes des autres. Chacune des journées se déroulait chez un des éleveurs du groupe, pour une mise en pratique de ce qui avait été vu le matin.

La première journée s’est déroulée à Saint-Jean-de Folleville autour du calage des rations avec la méthode Obsalim, avec une présentation par Marine Lemasson, nutritionniste. Puis lors du tour de la ferme, chacun des participants a pu apporter ses conseils pour améliorer la problématique rencontrée dans cet élevage (protocole d’aromathérapie des autres éleveurs, conseils en matière d’hygiène de traite, de rations, etc.).

Durant l’été, le groupe s’est rendu dans l’Eure, pour se pencher sur les gestes autour du vêlage :

  • rappel des gestes à faire ou ne pas faire, distribution du colostrum (on a découvert les colosto-balls, en remplacement du pèse-colostrum) avec Léo Lisarde-Irola, vétérinaire aussi formé à l’aromathérapie.
  • problèmes de mobilité suite au vêlage (veau qui ne tête pas, bassin de la vache déplacé), avec Caroline Leplay, ostéopathe bovins, équins, canins.

Nous sommes restés bluffés par le comportement des animaux lors des manipulations, très calmes et « confiants ».

Enfin, tout au long des journées, le groupe a continué à discuter de protocoles en aromathérapie, avec l’appui de Léo Lisarde ou de Michel Derval, aromathérapeute.

Florence Hellec, sociologue à l’INRA de Mirecourt, nous a également ccompagnés lors de ces rencontres, et a pu nous présenter d’autres projets similaires en matière de santé animale en France. Elle a d’ailleurs rédigé un article sur la place des femmes dans la gestion de la santé animale, où elle parle de certaines éleveuses du groupe. 

En parallèle, d’autres groupes CIVAM en France travaillent sur ces questions, et le Réseau Civam planche lui aussi sur la construction d’une méthode d’approche globale de la santé animale. Plus d’infos à venir dans les prochains mois.

Suite à ces quatre rencontres, les éleveurs ont choisi de continuer à se réunir régulièrement pour échanger sur leurs trucs et astuces (très présents dans les échanges), et approfondir leurs pratiques (reproduction, devenir autonomes avec la méthode Obsalim, etc.). Ce groupe s’ouvre aujourd’hui à d’autres éleveurs/ses intéressé(e)s, n’hésitez pas à les rejoindre.


Region NORMANDIE web

Leader Europe

En 2017, les Défis Ruraux bénéficient du soutien financier de l'Union européenne pour mettre en place un laboratoire d’idées pluridisciplinaire pour favoriser l’appropriation des techniques alternatives par les éleveurs laitiers (Soutien à hauteur de 6 750.40 €)

Plus d'infos sur les fonds FEADER : https://ec.europa.eu/agriculture/